Banner Image 1
Banner Image 1
Banner Image 1
Banner Image 1
Bedri Baykam

LETTRE OUVERTE A LA FRANCE SUR LE PROJET DE LOI CONCERNANT “LE GENOCIDE ARMENIEN”

20.12.2011

La présente lettre ouverte ne s’adresse pas uniquement aux deputes francais qui vont voter le Jeudi 22 Decembre, 2011.  l’un des projets de loi parmi les plus scandaleux et les plus illogiques qui puissent exister. Elle s’adresse également aux diplomates, aux intellectuels, au people Français, bref, a la France entière.

La présente lettre est ecrite par un artiste et ecrivain Turc (www.bedribaykam.com) qui a etudié dans des ecoles françaises depuis sa toute premiere enfance, qui s’est impregné de la culture française tout au long de sa vie et qui a participé à maintes expositions en France tout en gardant en permanence des liens très étroits avec ce pays qu’il a tant aime.

Avec votre Histoire si profondément enracinée, votre Revolution de 1789 qui, vers la fin du Siècle des Lumières a donne naissanse aux fondements de la démocratie des temps modernes, vos philosophes tels que Voltaire, Rousseau, Sartre et Camus qui ont marqué de façon décisive l’histoire de l’évolution de la pensée humaine, vous avez influencé aussi bien les Turcs que les citoyens de toutes les autres nations. Fondateur de notre Republique, Mustafa Kemal Atatürk n’a jamais caché que son projet de revolution politique aussi bien que culturelle s’est largement inspiré des apports de 1789.

Par votre litterature, vos philosophes, vos artistes, vos createurs, vos visions et votre reflexion dynamiques qui, tout en s’interrogeant sur le passé et sur l’avenir, continuent a changer la face du monde, vous êtes une fière nation.

C’est pourquoi ce projet de loi, qui relève d’un état d’esprit moyenageux et que vous allez voter ce jeudi-même, nous attriste beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer. Soyez certains que, bien au-delà du fait que nous nous sentons accusés à tort et que les relations franco-turques risquent de se trouver blessées d’une maniere grave et irrémédiable, c’est la triste constatation de la position dans laquelle la France se met en validant cet acte scandaleux qui nous atterre. Vous n’avez pas le droit de procéder à une telle mesure, contraire à toute justice et à tout esprit démocratique, éminemment dommageable aux excellentes relations séculaires entretenues par la TURQUIE avec la FRANCE, berceau des idees les plus progressistes.

De plus, un tel projet de loi ne fait que retarder une paix tellement souhaitée et attendue entre la Turquie et l’Arménie, entre les turcs et les arméniens depuis si longtemps. Ce projet de loi ne fait que saboter la paix en fait. La Turquie suit la ligne de Kemal Atatürk qui a toujours proclamé “Paix dans le pays, Paix et dans le Monde”…

Par contre, oui, effectivement, ce jeudi il y’a un risque de voir infliger une tache honteuse a toute une nation. Seulement, et je tiens a vous le preciser, si ce crime est commis, la victime n’en sera pas La Turquie, mais la France elle-meme! Car vous devez bien le savoir que personne ne peut etre condamné pour une accusation sur laquelle il n’a pas été jugé et, surtout, sur laquelle il n’a pas été autorisé a s’expliquer, à se défendre. C’est l’une des toutes premieres lois universelles de la justice, aussi bien que de la démocratie, de la logique et des droits de l’homme. Mais malheureusement vous etes tellement aveuglés que vous n’arrivez meme pas à faire abstraction de cette condition sine qua non de la justice, sans laquelle on ne peut parler que de verdict fasciste et totalitaire. Avec ces comportements ridicules qui vont egalement a l’encontre des systèmes de reflexions dialectiques, vous pourriez même devenir un objet de satire, sur la ligne imaginaire du temps : que ce soit Asterix le Gaulois, ou Montesquieu ou le General de Gaulle, les commentaires ne seraient pas l’un moins méprisants que l’autre.
En fait vous ne vous rendez méme pas compte qu’un Parlement n’a pas le droit de définir un “Genocide” ou un pays de “ Genocidaire”. C’est uniquement un tribunal ou un tribunal international qui peut definir et utiliser ce terme aprés un procés ouvert et juridiquement acceptable par les Nations-Unies, d’aprés la Convention contre le Génocide (9/12/1948).

En verité, du fait de vos médias malheureusement si anti-democratiques, depuis que vous vous êtes saisis de la question du prétendu “genocide armenien”,  vous avez toujours lu le meme article, avec des auteurs différents et des textes similaires qui rodent inlassablement autour des mêmes arguments. On vous a toujours relaté que les turcs avaient commis un génocide contre les arméniens, qu’ils avaient occupé des territoires arméniens, qu’ils avaient occupé Chypre sans raison(!) et que, maintenant, ils s’etaient mis a exterminer les kurdes a l’est du pays. Evidemment cela cadre bien avec vos préjugés bâtis sur des réminiscences d’Atilla le Hun ou de Genghis Khan. Par contre vous n’avez presque jamais accepté de publier et de rendre public le revers de la medaille sur ces sujets, à savoir les reponses données par les intellectuels turcs ou même étrangers. Alors, vous vous êtes pris à votre propre jeu. Comme vous ne publiez que les articles dénonçant et offensant la Turquie, tout en censurant le reste, toute accusation devenait ainsi crédible et véridique, faute de contre-poids. Donc le champ restait libre pour ce viol des droits d’un peuple et pour un lavage de cerveau à sens unique des citoyens français.
N’est-il pas remarquable que les intellectuels francais, victimes directs de ce processus malhonnête, ne se soient jamais demandé comment il se faisait que les turcs ne repondaient jamais à ces graves accusations? Un scepticisme sain et inévitable aurait dû au moins naitre chez eux!  Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Ils ont tous accepté de facto que s’il n’y avait pas de reponse donnée, cela voulait dire tout simplement dire qu’il n’y avait pas de reponse a donner!

Même dans ce cas, avec un peu de recul et des connaissances historiques basiques, n’auriez-vous pas pu vous poser quelques questions?

Est-ce que l’Empire Ottoman qui, en 1915 et en pleine première guerre mondiale, était accablé de tous côtés et moribond, aurait vraiment pu se relever un beau matin de printemps pour, tout d’un coup, à propos de rien, prendre la décision “d’annihiler tous les arméniens en un beau génocide”?  Qui pourrait imaginer cela? L’Empire Ottoman qui avait vécu jusque là pendant plusieurs siécles en paix avec toutes les ethnies qui le composaient, qui avait accueilli à bras ouverts les  juifs chassés d’Espagne, qui n’avait pas hésité à  placer nombre d’arméniens jusque dans le Conseil des Ministres (Divan) du Sultan? Comment et pourquoi aurait-il pu procéder à un tel acte sans fondements et sans raison?

Pour nous, les  differents groupes arméniens qui ont vu l’empire Ottoman se dissoudre ont voulu profiter de cette situation. S’alliant à l’envahisseur Russe, qui les a aussitôt armés, ils ont lancé une révolte sanglante de grande envergure et ont massacré des dizaines de milliers de turcs dans leurs villages. L’empire Ottoman que l’on croyait en ètat “comateux” a pu néanmoins réagir en mobilisant une armée qui a réussi à écraser cette révolte in extremis.

De toute évidence, le sang qui coula alors ne pouvait nullement s’apparenter à un “génocide”. Il s’agissait bien là d’une guerre dont l’Empire Ottoman, qui defendait ses frontières, n’avait meme pas eu l’initiative. Il n’y avait pas ici de haine raciale, loin de là, mais une défense par l’Empire Ottoman de sa souveraineté. La guerre déclencheé était très déstructrice et terrifiante, comme tout autre guerre, et il est évidemment certain que nombre d’arméniens innocents, qui n’avaient rien à avoir avec cette révolte, en ont également souffert.

Telle est donc la version Turque de ces tragiques évènements, la version à laquelle moi-même j’adhère. Des historiens mondialement connus tels que Justin Mc Carthy ou Bernard Lewis souscrivent également à cette analyse. Et pourtant vous ne lirez jamais leurs articles dans la presse francaise, condamneé à publier en continu des articles représentant le “méchant turc fasciste”! 

Maintenant imaginons un instant que messieurs Lewis et Mc Carthy aient tort, tout comme moi-même. Que vous, les intellectuels et les hommes politiques francais aient raison de croire ce que vous déclarez croire. Que vous reste t’il à faire en ce cas?  La seule voie normale, serait de faire analyser de manierè civilisée et sur la base de documents crédibles tous les aspects possibles de ce dramatique sujet, et cela par les historiens de differents pays, dont certains pourront considérer qu’il y a eu une genocide, et d’autres qui penseront tout à fait le contraire...

En tout cas, en empêchant la réalisation d’une telle procédure démocratique, vous écartez en mème temps et pour très longtemps tout espoir d’un possible pacte de paix entre les deux nations directement concernées, la Turquie et l’Arménie. C’est pourquoi beaucoup d’armeniens se sont toujours déclarés eux-mêmes contre ce projet de loi, y compris le grand patriarche de l’eglise armenienne.

Il est également triste de constater que, du fait de la campagne menée depuis de longues années par les médias français pour détruire l’image d’une Turquie démocratique et laïque, l’affaire turco-arménien a pu ètre assimilée impunément au genocide commis envers les juifs. En 1995, quatre procès m’ont été intentés en Turquie parce que j’aurais “insulté” certains négationnistes islamistes qui refusaient de reconnaitre ce crime odieux commis contre l’humanité. J’ai refusé de faire un pas en arrière et finalement grace à mes preuves trouvés et ma resistance, c’est eux qui ont été contraints d’abandonner le procés. Mais soyons honnétes et francs: comment pourrions-nous même imaginer un instant une telle comparaison? Où  donc sont les décrets, racistes, la montée de forces fascistes d’un ètat dictatorial s’arrogeant tous les pouvoirs, les preuves de déclarations racistes,les verdicts de tribunaux independants? etc. etc? C’est une tragi-comédie que l’on ait pu faire croire aux francais que ces deux événements historiques étaient directement comparables.

Aujourd’hui la plupart de vos politiciens peuvent étre tentés de prendre une décision opportuniste sur ce sujet, en pensant aussi bien à l’échéance des élections présidentielles comme à celle des élections législatives qui s’approchent; N’est-ce pas déplorable que a chaque échéance d’éléctions en France, nous vivons la méme tragi-comédie qui se répéte insassablement? Ainsi les parlementaires se trouvent à deux doigts de commettre un véritable crime contre l’humanité et la démocratie en général, et contre la Turquie républicaine plus précisément. Cela aboutira à mettre à l’honneur et à récompenser le groupe terroriste arménien ASALA qui a assassiné trente quatre diplomates Turques entre 1973 et 1984 et commis l’attentat d’Orly, dont les Français devraient pourtant encore pouvoir se souvenir.

D’autre part, les médias français entretiennent l’illusion que la Turquie, poussée par son ambition européenne, pourra, avec le temps, céder aux chantages politiques de la France ou de l’union Europeénne. Tenez-le vous dit une fois pour toutes, cela n’arrivera jamais. Aucun Turc qui se respecte n’acceptera jamais de mettre en péril son honneur et son respect de soi pour accepter un tel marché, une offre aussi intolérable.
Qu’attendez-vous donc? Que l’on ramenè à l’ordre du jour les massacres commis par la France en Algérie? Que l’on vous demande si vous allez suivre la mème démarche pour condamner les Etats-unis pour le génocide des indiens d’Amérique? Pensez vous à quoi ressemblerait le monde si chacun se mettait à juger de l’histoire de ses voisins

Donc, à la lumiere de tous ces rappels et arguments, nous demandons à la France de se rappeler avant tout des principes fondateurs de sa propre République et de ne pas signer un acte irréparable qui bloquerait toute discussion constructive pour surmonter ces graves incidents historiques.

Je vous en prie, écoutez la raison, la logique et la bonne conscience: ne tuez pas la démocratie et ne portez pas cette gaffe historique au crédit de la France.
Votre pays mèrite beaucoup mieux que cela. Il doit également continuer à mériter notre estime, notre Amitié et notre respect mutuel.